ITW Manon Sinico (Roche Vendée) : « Rattraper les bêtises qu’on a faites »

ITW Manon Sinico (Roche Vendée) : « Rattraper les bêtises qu’on a faites »

Tout juste promu dans l’élite cette saison, Roche Vendée vit un début de saison plus que difficile : une seule victoire (face à Nice) pour 9 défaites, les départs de deux recrues de l’été : la Serbe Tamara Radocaj et l’Américaine Kristen Mann et surtout, une place de lanterne rouge au classement. Pourtant, les Vendéennes ont fait tremblé Charleville, Montpellier et dernièrement, ont poussé Bourges en prolongations. La Roche entame donc son mois (presque déjà décisif) de janvier avec une seule idée en tête : se maintenir. Avant la reprise, la capitaine du RVBC, Manon Sinico, est revenue sur ce début de saison compliqué et l’objectif de rester dans l’élite.

Ladyhoop : Roche Vendée est le promu cette saison et ne compte qu’une victoire au compteur. Dans quel état d’esprit vous abordez 2018 ?
Manon Sinico : Il ne faut pas oublier 2017, il faut s’en servir pour rebondir. C’est sûr que c’est hyper décevant par rapport à certains matchs. Il y en a qu’on aurait dû gagné. Mais ce n’est pas perdu. On a encore la possibilité de rattraper les bêtises qu’on a faites. La coupure a fait du bien à tout le monde, surtout dans les têtes. On doit repartir sur une dynamique positive. Le retour de Johanna (Tayeau) de blessure et l’arrivée toute fraîche de Danielle (MacCray) vont nous faire du bien. On continue de travailler dur.

LH : Comment avez-vous réagi aux départs de l’Américaine Kristen Mann et de la Serbe Tamara Radocaj ?
MS : C’est le haut-niveau. En tant que joueuse professionnelle, on n’a presque pas de ressenti à avoir car ce sont des décisions de clubs, de coachs. Sur un plan personnel, on est forcément affecté car ce sont des gens que tu côtoies tous les jours. Après, nous ne nous sommes pas arrêtées plus que ça dessus.

LH : Vous reprenez avec un déplacement à Tarbes. Votre mois de janvier va presque être déjà décisif dans la course au maintien.
MS : Tarbes ce week-end, Mondeville, Nantes… L’objectif est clair : il faut qu’on en gagne deux sur les trois. Car on a forcément en tête les playdows et il faut qu’on se place bien par rapport à ça. On sait ce qu’il reste à faire.

LH : La Croate Iva Cuzic et plus récemment l’Américaine Danielle MacCray viennent de signer à La Roche. Est-ce que l’arrivée de ces deux nouvelles joueuses peut permettre de relancer une dynamique ?
MS : On a quand même la base qui reste, le groupe qui a été champion de France LF2 l’an dernier. Et cette base est saine. Sinon, avec l’enchaînement des défaites, ça aurait pu partir en cacahuètes. Maintenant, celles qui sont arrivées sont de supers filles, bien intégrées. On travaille, ça prend, on avance ensemble. Sereinement surtout, car il faut qu’on reste sereines dans ces conditions là.

LH : Il y a eu les défaites de peu face à Charleville ou Montpellier, la prolongation face à Bourges. Il vous manque quoi pour gagner des matchs ?
MS : Je sais pas. Si je le savais, on aurait gagné plus de matchs. Mais on a progressé mine de rien. La preuve, Bourges est venu trembler chez nous juste avant la trêve. On manque de constance dans les matchs. Mais aussi de vécu, d’expérience, de se dire qu’on est capables de gagner, même à niveau-là.

LH : Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour 2018 ?
MS : Facile, se maintenir en LFB. On n’a pas envie de gâcher tous les efforts faits pour arriver à ce niveau-là. On peut le faire.

Photo : Romain Chaïb