ITW Kadidia Minte : « L’Euro m’a apporté de l’expérience »

ITW Kadidia Minte : « L’Euro m’a apporté de l’expérience »

Il y’a quelques mois Kadidia Minte n’aurait pas imaginé porter le maillot bleu lors de l’Euro.  A 26 ans l’ailière de Charleville-Mézières a longtemps attendu ce moment. Aussi elle a particulièrement savouré cette médaille d’argent et profité pour acquérir de l’expérience.

Ladyhoop : Quel bilan fais-tu de cette première compétition avec les A ?
Kadidia Minte : J’en retire beaucoup de positif. C’est vrai que l’on finit sur une défaite, ça nous casse un peu. Sur la préparation, pendant la compétition on a toujours chercher la victoire. Mais pour moi sur une première entrée, déjà jouer une finale et même être dans l’équipe ce n’est pas quelque chose que j’avais imaginé il y’a quelques mois de ça. Perdre contre l’Espagne ça reste un peu en travers de la gorge mais je reste très fière.

Ladyhoop : Est-ce-que tu as encore plus savouré cette compétition car tu l’as longtemps attendu ?
KM : Je pense que je l’apprécie plus que certaines filles qui connaissent déjà bien l’Espagne. J’arrive un peu plus à relativiser. Je me dis qu’on a quand même une belle médaille d’argent, qu’on est quand même vice-championnes d’Europe. Ce n’est pas rien. Je le prends avec beaucoup de positivisme même s’il y’a un petit goût d’amertume.

Ladyhoop : On a l’impression que c’est assez facile d’entrer dans cette équipe; comment s’est passée pour toi l’intégration ?
KM : Je connaissais les filles en-dehors de cette compétition. Les retrouver dans un autre challenge c’est toujours différent. Elles m’ont vraiment intégré, elles m’ont donné des conseils, elles m’ont guidé dans tout ce que je faisais. Quand tu as une équipe comme ça qui t’intègre bien c’est plus facile.

Ladyhoop : Qu’est-ce-que l’Euro t’a apporté et qui pourra te servir pour ta saison en club ?
KM : Même si c’était sur une petite période ça m’a apporté de l’expérience. Etre coaché par un autre entraîneur c’est aussi un plus. C’est de l’adaptation, on a un rôle qui est différent de celui que l’on a en club. J’en tire des enseignements, j’ai aussi eu des conseils de Caps. Tout ça j’espère l’intégré dans ma saison avec Charleville.

Ladyhoop : Pendant l’Euro est-ce-que tu as senti qu’il y’avait une motivation particulière parce que Céline Dumerc et Gaëlle Skrela arrêtaient ?
KM : Oui. C’est vrai qu’on en rigolait beaucoup au début en parlant des vieilles, des retraitées (elle rigole) tout çà. Après sur les matchs il y’a eu beaucoup d’émotion. Tout le monde s’est dit que peut-être un jour on serait comme elle et qu’on aura peut-être la chance de faire autant de sélections. Elles ont fait un très beau parcours. Se battre pour son pays chaque été ça n’est pas facile; on peut accumuler de la fatigue, on fait des sacrifices. Elles ont vraiment fait de très belles choses.

Ladyhoop : On imagine que lorsque l’on a goûté à l’Equipe de France on a envie d’y revenir ?
KM : C’est sûr que l’on a envie de revenir. Y aller c’est bien mais y rester c’est plus compliqué. Tout le monde veut porter ce maillot bleu. Pour ma part c’est quelque chose que je n’aurais pu imaginer il y’a quelques mois. J’espère pouvoir porter ce maillot le plus de fois possible et me battre à chaque fois.

Crédit photo : Romain Chaib