En panne d’adresse, Arras échoue en finale de l’Eurocoupe

Il est des défaites plus difficiles à digérer que d’autres et nul doute que celle concédée par les Arrageoises jeudi soir dans leur salle en fait partie. Auteurs d’un match nul convaincant en Israël, les filles de Bruno Blier ont craqué lors de ce match décisif, la faute à une adresse en berne notamment.

Arras 53-61Ramla (13-5, 9-28, 19-12, 12-16)

La rencontre débutait sur les chapeaux de roue et les deux équipes montraient beaucoup d’engagement. Comme au match aller, l’adresse n’était pas au rendez-vous et c’est Ramla qui ouvrait le score par Laine Selwyn à trois points. Paulina Akonga lui répondait dans la raquette après qu’Arras ait manqué ses six premiers tirs. Les esprits s’échauffaient entre Marielle Amant et Le’Coe Willigham et la tension était bien présente dans une salle Tétélin archi-pleine et tout de rose vêtue. Les deux équipes se montraient crispées et c’est finalement Arras qui par sa défense de fer, creusait un premier écart, notamment grâce à l’activité de Pauline Akonga en attaque (9 pts en 10’). L’entraîneur israëlien prenait un temps-mort qui n’y changeait rien, les Demoiselles comptaient huit points d’avance après dix minutes de jeu (5-13).

La deuxième période était d’un tout autre acabit. Ramla, par l’intermédiaire de Tanisha Wright (12 pts, 7 rbds), profitait d’un coup de mou arrageois et revenait petit à petit dans la course, ne comptant plus que deux longueurs de retard (18-16, 13′) sur les coéquipières d’Olesya Malashenko. Pire, Marielle Amant commettait déjà sa troisième faute suivie d’une faute technique à la quatorzième minute, offrant l’avantage aux Israéliennes, qui contrairement au match aller ne tremblaient pas sur la ligne des lancers-francs (18-22). Shay Doron, dont la blessure n’était qu’un lointain souvenir poursuivait la marche en avant de Ramla grâce à ses contre-attaques parfaitement menées. Arras subissait alors le jeu adverse en défense et ne parvenait pas à trouver la bonne carburation en attaque. L’addition était salée malgré la bonne entrée d’Aïja Putnina sous les paniers (22-33, 20′).

On ne sait quel a été le discours tenu par Bruno Blier à la pause, mais il avait un effet positif sur ses troupes, Pauline Akonga débutant la troisième période par un nouveau panier. Arras retrouvait la défense oubliée lors du quart-temps précédent mais l’adresse n’était toujours pas au rendez-vous. Johanne Gomis y allait pourtant d’un tir primé ramenant les siennes sous la barre des dix points (29-38) mais fut rapidement imitée par Laine SelwynKrissy Bade décidait alors de faire parler l’expérience coté Arrageois et inscrivait quatre points consécutifs. La confiance revenait dans le clan nordiste et Arras retrouvait des couleurs, ne comptant plus que quatre points de retard à l’aube de la dernière période (41-45, 30′).

Habitués des retours en fanfare de leurs chères demoiselles, les quelques 2 500 spectateurs de la salle Tételin retrouvaient de la voix. Leilani Mitchell commettait cependant sa quatrième faute et la tension montait encore d’un cran. La formation d’Arras Pays d’Artois reprenait le dessus dans le secteur du rebond et seule l’adresse faisait défaut aux artésiennes pour espérer reprendre la main sur la rencontre. Sarah Michel retrouvait la mire à mi-distance après cinq échecs de rang pour Arras. Les fautes continuaient cependant de pleuvoir sur les filles de Bruno Blier et permettaient à Ramla de conserver son avance (43-49). Le’Coe Willingham et ses partenaires intensifiaient leur défense et empêchaient les Arrageoises de s’exprimer en attaque. L’écart augmentait doucement mais sûrement (45-54, 37′). Les Israéliennes temporisaient alors le jeu et poussaient Arras à la faute. Les Françaises ne trouvaient toujours pas la mire et affichaient un triste total de 16/61 aux tirs, insuffisant pour l’emporter. Bruno Blier multipliait les changements et les temps-morts afin de trouver la solution adéquate mais Ramla avait déjà fait le trou (51-58). Les Israëliennes remportaient l’Eurocoupe (53-61) et privaient ainsi Arras d’un trophée attendu par tout un peuple.

Et pourtant, difficile d’avoir des regrets tant le parcours des artésiennes pour leur première participation en Eurocoupe fut bien au dessus des espérances du club. C’est donc sur une triste note que s’achève la belle aventure de Demoiselles, mais nul doute que les Arrageoises sauront utiliser cette déception pour rebondir en championnat.

Réactions :
Sarah Michel : « On a un peu subi tout le match et on a été maladroite. On a été super bien en défense mais on a peiné en attaque, refusant des shoots ouverts en forçant d’autres. C’est dommage car on avait montré un autre visage là-bas. »

Tanisha Wright : « Nous avons trés bien joué et c’était une super ambiance pour jouer au basket. Les deux matchs ont été d’un bon niveau et je pense qu’Arras a été très bon… mais nous avons été un peu meilleur ! »

Bruno Blier : « C’est dommage car on sait que tout le public arrageois attendait cela et je pense que l’on aurait pu gagner en étant moins maladroit et plus en confiance. Il nous a manqué un peu de sang froid car on aurait pu tuer le match. »

Texte et photos : Marie Bourey

Découvrez bientôt la galerie de photos par Ann-Dee Lamour et Romain Chaïb