Ladies Talk : Nike rend hommage à Team USA version 1996, médaillée d’or à Atlanta

Ladies Talk : Nike rend hommage à Team USA version 1996, médaillée d’or à Atlanta

Si la Dream Team de Michael Jordan a marqué des générations entières en 1992, une équipe américaine féminine a également eu un fort impact sur le public féminin quatre années plus tard et son rôle à jouer dans la naissance de la WNBA.

Cette année, la WNBA fêtait ses 20 ans. Il y a 20 ans, la ligue américaine voyait le jour. Et son arrivée dans le monde du sport professionnel américain a suivi le succès de Team USA aux Jeux Olympiques d’Atlanta. A domicile, Lisa Leslie, Dawn Staley, Sheryl Swoopes et leurs coéquipières ont remis la main sur le titre olympique qui leur avait échappé à Barcelone en 1992. Invaincues durant toute la compétition, les Américaines ont écrasé le Brésil en finale pour grimper sur la plus haute marche du podium.

« Nous étions en mission. Nous nous sommes entraînées un an et demi ensemble. C’était la première fois que USA Basketball formait un groupe de joueuses aussi longtemps en avance. Nous étions des machines. Merci à Tara VanDerveer et son staff de nous avoir préparées, nous étions inarrêtables », se souvient Nikki McCray.

A Atlanta, l’équipe américaine a proposé un basket féminin d’un tout nouveau genre. Team USA a écrasé chacune des équipes rencontrées durant ces Jeux Olympiques et le Brésil n’a pas dérogé à la règle en finale (111-87).

L’avènement de l’équipe féminine de Team USA aux JO a lancé la WNBA par la suite. C’est d’ailleurs cette armada qui a inspiré quelques-unes des meilleures joueuses actuelles.

« J’étais dans mon canapé quand j’ai entendu qu’ils allaient créer une nouvelle ligue. Et je me souviens que j’étais vraiment contente de l’apprendre. Je suis allée dans mon jardin et je me suis mise à m’entraîner au shoot. Et je n’avais plus à faire semblant de jouer en NBA. Je faisais semblant de jouer en WNBA », racontait Candace Parker dans les médias US avant le début de la saison cet été.

Tamika Catchings, qui faisait à l’époque partie de Team USA Junior, est également de celles qui ont eu Sheryl Swoopes et consorts comme modèles, joueuses qu’elle a pu rencontrer après un entraînement.

« C’était tellement cool. C’était la première fois que je rencontrais Lisa, Dawn et Sheryl. Quand j’étais petite, je voulais être comme elles. Quand j’ai regardé cette équipe aux JO, je me suis dit que c’était ce que je voulais faire, représenter mon pays. »

Aujourd’hui, Tamika Catchings fait partie de cette aventure. Aux côtés de Dawn Staley, assistante coach de Geno Auriemma. Avec trois médailles olympiques et trois médailles de championne du monde à son palmarès, Catchings a rempli son rêve et rendu service à sa nation. A Rio, elle jouera sa dernière olympiade. Une dernière breloque dorée à mettre autour de son cou…

Pour célébrer Team USA 96, équipe qui a inspiré plus d’une jeune fille, Nike Basketball leur a dédié une version bien particulière de la Hyperdunk 2016. Une paire que la plupart des joueuses de Geno Auriemma portent depuis une semaine à Rio. Pour rendre hommage à leurs héroïnes.

Le roster de Team USA 96 :
Teresa Edwards, Dawn Staley, Ruthie Bolton, Sheryl Swoopes, Jennifer Azzi, Lisa Leslie, Carla McGhee, Katy Steding, Katrina Felicia McClain, Rebecca Lobo, Venus Lacy, Nikki McCray

96-16-8-1 96-16-1-b-1